mercredi, 18 février 2015 10:45

Séance Solennelle de l'Académie des Sciences et Techniques du Sénégal L'ANSTS réclame des mesures incitatives pour la recherche-développement


Dakar, 17 fév (APS) - Le professeur Doudou Bâ, secrétaire perpétuel de l'Académie nationale des sciences et techniques du Sénégal (ANSTS), a réclamé mardi à Dakar l’introduction, dans le Code des investissements, de nouvelles mesures incitant les entreprises à faire davantage de recherche-développement.

Ces mesures doivent permettre d’améliorer le financement de la science, de la technologie et de l’innovation, a indiqué M. Bâ, en présentant un exposé sur les "nouveaux mécanismes de financement pour la promotion de la science, de la technologie et de l’innovation au Sénégal", lors de la séance solennelle 2015 de l’ANSTS.

Science, technologie et innovation "ont besoin d’un financement durable, c’est-à-dire un financement suffisant et prévisible. Pour ce faire, il faudra intégrer dans le Code des investissements des dispositions incitant les entreprises à investir dans la recherche-développement et l’innovation", a-t-il suggéré.

"Il est important que l’Etat encourage les entreprises, par des mesures financières, à investir dans la recherche-développement et l’innovation", a souligné M. Bâ.

Selon lui, ces mesures peuvent par exemple consister à faire bénéficier les entreprises d’"allègements fiscaux pour tout programme de recherche-développement et de partenariat avec les établissements d’enseignement supérieur et de recherche".
Il est possible aussi, pour l'Etat, d'octroyer aux chercheurs "des bourses de recherche ou de formation en entreprise", a dit M. Bâ.

Présentant son exposé en présence du chef de l’Etat, le secrétaire perpétuel de l’ANSTS a aussi suggéré la création d’un "fonds national" dédié à la promotion de la science, de la technologie et de l’innovation.
Ce fonds doit jouir d'une autonomie administrative et financière, être placée sous la tutelle de la Primature et servir à financer "des projets de recherche, de transfert de connaissances et de technologies", selon M. Bâ.
Il est nécessaire, pour mieux financer la recherche, d’"associer le transfert de technologies à l’accroissement de la compétence scientifique et technique", selon Doudou Bâ.

"Le transfert de technologies, à lui seul, ne peut pas servir durablement la croissance économique. Il doit être associé à l’accroissement de la compétence scientifique et technique", a-t-il ajouté.

SK/ESF

Ci joint l'intégralité de l'exposé.